Alpha Blondy

Alpha Blondy, ou le talent du reggae ivoirien

(Mis à jour le: 22 août 2019)

La musique est une partie intégrante des civilisations qui vivent en Afrique. Dans chaque village du continent, la musique rythme la vie quotidienne des habitants. Ceci est d’autant plus vrai dans les pays de l’Afrique sub-saharienne. Nous allons partir aujourd’hui à la découverte d’un chanteur de reggae ivoirien, Alpha Blondy. Pour les non spécialistes de musique, ce nom ne vous dit peut-être pas grand-chose mais vous allez apprendre à mieux le connaître en lisant les lignes qui vont suivre. Installez-vous confortablement chez vous, musique !

Qui est Alpha Blondy ?

Alpha Blondy

 

Autant vous le dire tout de suite, Alpha Blondy n’est pas le véritable nom de cet artiste qui s’appelle en réalité Seydou Koné. Celui-ci est en 1953 à Dimbokro en côte d’Ivoire. Alpha Blondy est un chanteur de reggae ivoirien très populaire dans son pays, qui chante non seulement en français en dioula et en baoulé, deux dialectes de l’Afrique de l’Ouest. Sa réputation a dépassé depuis longtemps les frontières de la Côte d’Ivoire puisqu’Alpha Blondy se produit régulièrement sur scène en dehors des frontières ivoiriennes.

Une jeunesse entre la Côte d’Ivoire et les Etats-Unis

Alpha Blondy

Alpha Blondy a grandi au sein de la tribu des Jula à Dimbokro puis est allé aux Etats-Unis poursuivre ses études. C’est au « Hunter College » de New York qu’il étudiera et apprendra l’anglais, puis plus tard dans le programme de langue américaine de la « Columbia University ».

Il a commencé à jouer de la musique à New York, allant même jusqu’à enregistrer des chansons et à jouer dans des micros ouverts, mais sa musique n’a pas beaucoup bougé jusqu’à ce qu’il revienne en Côte d’Ivoire après ses études et commence à travailler sur des chansons originales.

Bien qu’il ait grandi en écoutant de la musique folklorique africaine telle que le yagba et le gumbe, ses influences musicales principales ont été des artistes rock occidentaux tels que Deep Purple, Pink Floyd, Jimi Hendrix, les Beatles et Creedence Clearwater Revival, ainsi que des artistes soul comme Otis Redding. Plus tard, la musique de Bob Marley a énormément affecté Blondy.

Le début de carrière d’Alpha Blondy

Alpha Blondy

Il a eu droit à une grosse pause de la part de son ami Fulgence Kass, employé de la télévision ivoirienne, qui l’a aidé à décrocher une place dans l’émission de talents « Premiere Chance ». En chantant trois de ses propres chansons et notamment le « Christopher Columbus » de Burning Spear, la prestation du jeune artiste a été un succès auprès du public.

Blondy a ensuite rencontré le producteur G. Benson, qui a enregistré son premier album de huit chansons, « Jah Love », en une seule journée. La chanson la plus populaire, « Brigadier Sabari », était un récit de la confrontation entre Blondy et un raid policier dans la rue à Abidjan, au cours duquel il avait failli être battu à mort. C’était la première fois qu’un artiste ouest-africain osa parler de brutalités policières en public.

Lire aussi – Quand le Reggae est apparu

Des succès toujours grandissants

Après avoir sorti l’album « Jah Love », Alpha Blondy a signé avec EMI, ainsi que le groupe récemment formé de Solar System. Ils ont enregistré son deuxième album, « Cocody Rock », à Paris en 1984. Plus tard, il est retourné à Tuff Gong pour enregistrer son troisième album, « Jérusalem », avec le soutien des Wailers. Par la sortie de son album de 1987, « Révolution », Blondy s’est imposé comme un artiste international.

Alpha Blondy a créé des hymnes centrés sur le Jah, promouvant la moralité, l’amour, la paix et la conscience sociale. Avec une gamme émotionnelle allant de la sensibilité à la rage juste face à l’injustice, une grande partie de la musique de Blondy était empathique avec les pauvres et les marginaux de la société.

Son album de 1992, « Masada », est sorti dans plus de 50 pays à travers le monde. « Yitzhak Rabin » a suivi en 1998. Bien qu’il ait été enregistré en 1999, l’album « Elohi » est sorti en 2002 en Europe et trois ans plus tard en Amérique. « Akwaba : Le meilleur d’Alpha Blondy » a été publié en 2005, puis « Jah Victory » a suivi en 2007. La version 2011 de « Vision » a été publiée par le label Wagram, tandis que sa tentative en 2013, « Mystic Power », a lancé sa relation avec l’empreinte VP. Le label de reggae vétéran a publié sa version 2016, « Positive Energy », qui présentait les apparences de Tarrus Riley et Ijahman Levi.

Découvrez aussi – Bob Marley : la figure emblématique du reggae

Un chanteur engagé

Alpha Blondy en 2017

Alpha Blondy est devenu l’un des chanteurs de reggae les plus populaires au monde dans les années 1980 et 1990. Il a utilisé sa musique pour aborder des questions politiques et spirituelles, certaines de ses chansons les plus populaires traitant de sujets politiques de l’époque, comme « Apartheid Is Nazism » en 1985 et « Yitzhak Rabin » en 1998, un hommage à l’ancien premier ministre israélien assassiné en 1995 alors qu’il tentait de trouver une solution de paix avec les Palestiniens. Parfois appelé le Bob Marley de l’Afrique, il a travaillé sur le single « Cocody Rock » de 1983 ainsi que sur l’album « Jérusalem », sorti en 1986. Il a continué à enregistrer et à jouer longtemps dans les années 2000 et 2010, en se concentrant sur les croyances rastafariennes ainsi que sur l’unité entre les factions belligérantes de différentes religions.

Parallèlement à son groupe de soutien (Solar System) composé de 12 membres, Alpha Blondy a maintenu son record d’albums forts avec des entrées telles que « Vision » en 2011, « Positive Energy » en 2016 et « Human Race » en 2018. Également un partisan convaincu de l’unité africaine, il chanterait devant un public musulman en hébreu et chanterait en arabe pour les Israéliens.

Ainsi s’achève notre tour d’horizon de la vie et de la carrière d’Alpha Blondy. Si vous ne connaissez pas encore sa musique, nous ne pouvons que vous recommander de découvrir ses chansons qui sont de véritables trésors ! Bonne écoute !

Related Posts

  • 53
    Tous les instruments de musique ont leur propre histoire, que ce soit des instruments à corde, à basse ou à vent. Ici, nous allons découvrir le légendaire et parmi les plus anciens instruments à vent, le basson. Qu’est-ce que c’est ? C’est un instrument à vent fait en bois et composé…
    Tags: l, plus, d, a, musique
  • 52
    John Andrew Perello alias JonOne est né à New York en 1963. Il débute le tag à la fin des années 70 en enregistrant son nom dans la ville et sur les pagayes de métropolitain. Ce qui l’a certainement mené au bombage a été de distinguer les autres peindre des…
    Tags: l, d, a
  • 50
    C’est bien en Jamaïque que le reggae a vu le jour avant d’être popularisé par Bob Marley. L’histoire ne s’arrête toutefois pas là, car différentes chronologies restent et doivent rester pour les jeunes générations. Ce qu’il faut savoir Les producteurs et musiciens des Caraïbes se sont inspirés du rhythm and…
    Tags: a, reggae, l, d, musique
  • 49
    Célébrée tous les 21 juin dans une centaine de pays à travers le monde, la Fête de la Musique est un évènement créé pour la première fois en 1976 en France. Aujourd’hui, plus de 100 pays se joignent à la Métropole pour la célébrer, chacun à leur manière, dans leur…
    Tags: musique, l, d, a, plus
  • 48
    C’est un instrument de musique à vent, à bec et à anche (lamelle de bois vibrante produisant un son). Elle est de la même famille que la flûte, le saxophone, le hautbois et le basson. De ce fait, elle possède un bec suivi d’une anche et d’un tube rond terminé…
    Tags: l, plus, a, d, musique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *