Originaire de la Jamaïque et principalement de Kingston, le reggae est un genre musical que l’on a tendance à associer à Bob Marley. C’est effectivement grâce à lui que cette musique est sortie de son berceau natal pour devenir un style mondialement connu. Ce chanteur n’est toutefois pas celui qui l’a créé et après lui, de nombreuses variantes sont nées.

Avant Bob Marley

Le reggae a comme ancêtre le rocksteady. Ce dernier a commencé à décliner en 1968 pour laisser place à d’autres variantes qui, au final, donneront le reggae comme on le connaissait au temps de Bob Marley.

De 1968 à 1970, on parlait plus de l’early reggae où la basse prédomine et le tempo assez rapide. Ce genre était surtout influencé par le mento local. A partir de 1970 jusqu’en 1976, on connaissait surtout le one-drop avec un rythme plus lent, un tempo medium et une caisse claire prédominante sur le 3e temps. Entre 1977 à 1980, le rockers est apparu et se démarquait avec les 4 temps frappés à la batterie et une caisse claire très tonique. Ce dernier a ensuite fait place, en 1981, au early dancehall ou rub-a-dub qui avait un tempo lent avec une prédominance de la batterie et de la basse. En 1985 apparait le early digital avec un rythmique assez rapide et qui était composé exclusivement sur boîte à rythmes.

Entre temps, à partir de 1973, le reggae s’impose sur la scène mondiale grâce à Bob Marley & The Wailers. C’est à partir de là que son métissage a commencé pour donner naissance à de nouvelles versions.

Les variantes du reggae

Le reggae et ses variantes

Du reggae sont nés :

  • le Dub : ce mot signifie « remixage ». Il a été créé en 1968 par Lee « Scratch » Perry qui a ajouté des solistes de jazz sur des rythmiques préenregistrées. King Tubby et Errol Thompson l’ont ensuite perfectionné pour en faire une musique populaire mondiale. A la fin des années 1980, le dub est connu à travers le monde et a influencé les musiques de danse qui ont commencé à adopter le remixage, un style né en Jamaïque. De nos jours, il est devenu un style à part entière, dont l’origine est méconnue du public. Il est pourtant né du reggae et, grâce à l’ajout d’échos, de réverbération, …, il a donné naissance au rap américain
  • le Dub Poetry : il est issu du rap jamaïcain à la différence que le côté artistique est plus souligné. Ses chanteurs sont appelés les « dub poets » dont les plus connus sont Michael Smith, Linton Kwesi Johnson ou encore Sister Breeze. Des artistes américains tels que The Last Poets ou Benjamin Zephaniah l’ont ensuite revisité pour l’orienter vers l’electro et le hip-hop
  • le Lovers Rock : ce terme désigne un reggae doux qui se focalise surtout sur l’amour et les sentiments ce qui l’oppose au reggae roots. On le surnomme parfois le reggae romantique dont les artistes jamaïcains les plus connus pour l’avoir lancé sont Dennis Brown, Gregory Isaacs, Freddie McGregor et John Holt. Ce genre avait le vent en poupe en Jamaïque jusque dans les années 80 et 90. Il est arrivé à Londres dans les années 70 et quelques artistes du reggae roots s’y sont même essayés en Angleterre. De nos jours, les principales figures de ce style sont Peter Spence, Don Campbell, Nereus Joseph et Peter Huningal
  • le Skinhead reggae : ce terme fait référence à un reggae très nerveux dirigé pat l’organiste. Il est né entre 1969-1970 en Angleterre et provient du mélange entre mods et rudies jamaïcains. Les principaux artistes sont Derrick Morgan, Laurel Aitken, The Rudies, The Pioneers, …
  • le New Roots : également appelé dancehall roots, il est apparu en 1995 et a eu un vif succès après le décès de Garnett Silk et la conversion en rasta de Buju Banton, un deejay réputé de l’époque. Sur le plan textuel, il signe un retour aux paroles culturelles et conscientes, un style qui a disparu durant la deuxième moitié des années 80. Le genre musical vire, quant à lui, à un son de plus en plus acoustique ou semi-digitals

De nos jours, le reggae se dévoile surtout dans un style tantôt one drop tantôt New Roots. Ce qui est sûr, c’est qu’il évolue sans cesse et tendent de plus en plus, vers l’appel à l’amour, à l’éloge de l’herbe et à la condamnation de la violence.

Laisser un commentaire

Comment
Nom*
Mail*
Site*